Editions érès. Sous la direction de Daniel Coum. “L’éducation des enfants, l’accompagnement des parents, la prise en charge d’adolescents, le soin apporté aux personnes âgées mobilisent, comme toute relation humaine, de l’amour (donc de la haine), de l’affection (donc de la détestation), de l’empathie (donc de l’hostilité)… il est temps d’en parler ! Les sentiments, les affects, les émotions animent les premiers liens dans lesquels toute personne se construit, mais aussi tous ceux qui seront noués par la suite. Des aléas de ces premières relations – être mal aimé, trop aimé, insuffisamment aimé – va dépendre, pour une large part, le développement ultérieur du sujet. Puisque la relation est l’outil principal de l’action sociale, l’engagement du professionnel dans une rencontre affectée par les sentiments avec le sujet accompagné est nécessaire. À une époque où l’expertise savante tend à supplanter l’art de la rencontre, les coauteurs, chercheurs en sciences humaines et praticiens du travail social, montrent qu’il est indispensable de prendre en compte cette dimension centrale et d’assumer la responsabilité de cette charge à porter.

En savoir plus