Sept enfants de 8 à 11 ans racontent, un peu partout en France, leur vie au cœur du confinement: à quoi ils rêvent, ce qui les inquiète, les solutions qu’ils trouvent. Ils balayent ce qui les interroge au plus profond, de la vie légère jusqu’à la mort au bout.

“Ma mère est tombée malade. J’ai commencé à avoir très peur pour elle, je lui donnais des médicaments. Mais ce n’étais pas le coronavirus finalement, c’était l’angoisse.”

“C’est le pangolin qui a transmis le virus aux hommes. Peut-être que les animaux se défendent pour qu’on arrête de détruire les forêts pour faire pousser des palmiers pour faire du nutella ?”

Ecouter